Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Algérie profondeMardi, 12 Mars 2013 09:50

Mostaganem

Par : Correspondants

Etrange et paradoxal ! Au moment où l’Etat a consenti des dotations financières colossales, jamais égalées dans les annales du secteur, la production de poisson, elle, semble amorcer une chute particulièrement sensible : 8 200 tonnes, toutes espèces confondues, pêchées au titre de l’exercice 2012. 
Un volume de production le plus bas enregistré depuis la dernière décennie, selon les statistiques de la direction de la pêche de la wilaya. Dans un passé relativement récent, le niveau de production culminait presque au double de cette pêche, et sans le potentiel infrastructurel et matériel dont les pêcheurs disposent actuellement. Sur les 8 200 tonnes produites, la part de poisson bleu dépasse les 6 500 tonnes, soit une proportion de plus de 80 %, alors que celle du poisson blanc n’a guère dépassé les 900 tonnes. Parallèlement au revers sensible qu’a subi la production, l’année 2012 aura également été marquée par l’entrée en service de la police de la pêche ainsi que l’observation d’un répit de 4 mois pour permettre le frai des poissons. 
En fait, cela a consisté en une tentative de mise en œuvre de la réglementation que personne ne voulait respecter jusque-là. 
À l’instar des autres wilayas maritimes, les professionnels de la pêche ont été soumis, avec indemnisation des marins pêcheurs pénalisés, à une trêve de 4 mois, du 1er mai au 31 août. Une suspension de l’activité, circonscrite dans l’aire côtière s’étendant jusqu’à
3 miles du rivage, destinée à accorder le temps suffisant aux poissons de frayer. Selon les affirmations des professionnels du secteur, cette situation peu reluisante n’est qu’une conséquence logique de l’anarchie qui règne en maître dans un secteur qui “permet de s'enrichir à vue d’œil’’, eu égard à l’inflation galopante et à la demande non moins dissuadée pour autant. Outre l’anarchie, et malgré son interdiction, la toujours “dynamique’’ pêche à la dynamite, parachève les effets destructeurs et des fonds marins et des ressources qu’ils renferment.


M. O. T.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article