Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

mardi 10 juillet 2012 | A Nedjar.Sétif info.

 

Nous apprenons de source autorisée que le bureau de l’association des lycées M Kerouani & M Gaid est en phase très active de négociation avec des scientifiques et des experts en vu de doter dans une première phase le lycée M Kerouani de Sétif en équipements de production d’énergie solaire.

Une première réunion entre le bureau de l’association et le pool des experts constitué à cet effet a dégagé une première approche et les axes consistant à l’installation de panneaux solaires photo-voltaïques sur les toits de l’établissement pendant sa phase de rénovation qui touche à sa fin dans sa première partie.

Si ce projet venait à ce concrétiser comme nous en avons eu l’assurance, il constituera sans nul doute une première en Algérie pour les établissements scolaires de cette envergure puisqu’il signera la première action d’un projet destiné l’exploitation et l’usage de cette énergie renouvelable et disponible à profusion dans le pays.

Ce projet consistera à fournir le lycée en énergie propre et renouvelable pour l’éclairage et la production d’eau chaude tant pour les besoins de l’entretien sanitaire et corporel que pour le chauffage de l’imposante infrastructure.

Cette louable action qui revient en premier lieu à l’initiative du bureau de l’association Kerouani Gaid est à saluer. Elle constituera un test grandeur nature et une maturation technologique innovante et moderne en vu la généralisation de l’installation de ces équipements à l’ensemble des établissements en Algérie. Ce qui aura pour objet de réduire considérablement la facture d’énergie tout en s’inscrivant dans le processus et la politique du développement durable prônés par les instances nationales .

Questionnés sur cette dynamique toujours présente et cette "énergie" à donner plus et d’avantage à leur ancien lycée dont les attaches sont indissociables,le président du bureau de l’association, comme ses membres et certains adhérents présents répondront : Nous ne fournirons pas le centième de ce que ce lycée nous a fourni comme "énergie propre" avec laquelle nous carburons. Ce n’est qu’un retour en investissement, un devoir sacré pour nous, diront-ils sans ambages.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article