Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara


(El Watan 26/03/2013)
 

Baptisé «Diveco», le programme d’appui à la diversification de l’économie nationale a été présenté hier, au cours d’un séminaire organisé à l’hôtel El Aurassi (Alger) en présence de membres du gouvernement et de l’ambassadeur de l’Union européenne en Algérie.

Ce plan est le fruit d’une convention signée le 30 décembre 2009 entre l’Algérie et l’Union européenne dans le cadre de l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP), successeur de Meda.

Cofinancé à hauteur de 17,5 millions d’euros par l’UE, ce programme d’assistance technique, doté de 20 millions d’euros, a pour but, selon ses concepteurs, à rendre l’économie algérienne structurellement plus diversifiée et plus performante, donc moins dépendante du pétrole pour ses sources de revenus.

Dans le secteur agricole, le programme aspire à diversifier les productions dans un but d’exportation et de substitution aux importations. Pour l’heure, l’agriculture est engluée dans de nombreux handicaps : faiblesse des surfaces utilisées, prédominance des petites exploitations agricoles et difficultés de financement. S’agissant de l’industrie agroalimentaire, Diveco ambitionne de contribuer à une meilleure intégration avec le secteur agricole et à réduire les contraintes.

La plus grande part de la consommation intermédiaire des industries agroalimentaires est totalement déconnectée de l’amont agricole, l’Algérie étant devenu le premier importateur de denrées du continent africain. Au sein de la zone Meda, le pays est à la fois le plus gros importateur (20% des importations totales) et le plus faible exportateur de produits agroalimentaires : seulement 0,15% des exportations totales et 6,1% des exportations hors hydrocarbures. Dans le secteur du tourisme, il est question de promouvoir l’image du pays et de développer les différents segments. Disposant pourtant d’un fort potentiel, la contribution du tourisme au PIB reste marginale, moins de 1,5% au cours de ces cinq dernières années. Et l’Algérie demeure un pays plutôt émetteur que récepteur de touristes.

Lors de son allocation, Rachid Benaïssa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a souligné que le programme Diveco permettra de «renforcer l’intersectorialité entre les trois segments de l’économie».Selon lui, le transfert de savoir-faire permettra également de consolider les efforts déployés par les autorités pour diversifier son économie. Mohamed Benmeradi, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a estimé, quant à lui, que son secteur «attend de ce programme une grande contribution au développement compétitif et durable du secteur en apportant une expertise qualifiée dans divers domaines».

Lancé en janvier 2011, ce programme s’achèvera fin mars 2015, soit une durée d’opérabilité de 4 ans et 3 mois. Celui-ci dispose d’instruments de mise en œuvre dont des missions d’assistance technique, des fournitures de services et d’équipements. Un comité de pilotage a été également mis en place pour le suivi et la supervision du programme.


Hocine Lamriben

© Copyright El Watan

Visiter le site de: El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article