Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

APS
(APS) mardi 25 juin 2013 16 : 41

ALGER - Les opérateurs engagés dans le processus de valorisation des produits agricoles via les signes de qualité ont entamé mardi à Alger une campagne de sensibilisation en direction des acteurs concernés en vue de définir un plan d’action pour la mise en œuvre des différentes opérations à réaliser.

Cette campagne a commencé par l’organisation du premier atelier national sur la valorisation des produits agricoles algériens aux moyens des signes distinctifs de qualité au niveau de l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRAA).

Cet atelier, qui a regroupé des associations de professionnels et des opérateurs économiques, a pour objectif de définir un plan d’action permettant d’identifier précisément les tâches à réaliser, les acteurs chargés de leur exécution ainsi que l’échéancier d’exécution.

Cette rencontre vient juste après l’adoption, par le conseil de gouvernement, d’un décret relatif à la valorisation des produits agricoles ou d’origine agricole par les signes distinctifs en tenant compte notamment de l’indication géographique et de l’agriculture biologique.

"Il s’agit de donner l’information, de sensibiliser les professionnels par rapport aux étapes à venir, c’est à dire, la mise en œuvre de ce texte réglementaire", a expliqué à l’APS, Hamid Hemdani, sous-directeur de la Protection des patrimoines au ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Ce dernier estime que le moment est venu pour accélérer la mise en œuvre de ce processus qui a "trop duré". "On ne peut pas attendre plus que ça car nous avons des engagements sur le plan international notamment avec l’adhésion de l’Algérie à l’OMC", a-t-il expliqué.

Le processus de valorisation des produits agricoles a commencé à se concrétiser ces quatre dernières années aussi bien au niveau des exploitations qu’au niveau des consommateurs qui deviennent de plus en plus exigeants par rapport à la qualité des produits.

Les opérateurs ayant commencé à exporter certains produits de terroirs ont exprimé leur satisfaction de la mise en œuvre d’un cadre juridique permettant de valoriser le patrimoine national.

C’est le cas de Fayçal Khebizat directeur général de l’entreprise Bio Dattes Algérie qui estime que la mise en œuvre de cette réglementation permettrait de protéger les produits agricoles algériens, de créer de nouveaux réflexes chez les consommateurs et de récompenser les producteurs s’alignant sur des normes de qualité.

"Cela constitue une base de travail en interne qui nous permettra d’émerger à l’extérieur", ajoute cet exportateur de dattes biologiques de Biskra, d’autant plus que la demande de produits de qualités sur le marché mondial est de plus en plus importante.

Mais pour s’imposer à l’international, les producteurs algériens devraient s’organiser en groupes pour constituer une force économique qui va leur donner un élan vers l’extérieur.

Cet atelier devrait aboutir à une feuille de route visant à identifier l’ensemble des ressources compétentes, dans le secteur agricole et hors secteur, susceptibles de participer à cette campagne de sensibilisation et les actions à entreprendre pour la formation et l’encadrement des agriculteurs et éleveurs désirant bénéficier du dispositif donnant un signe de qualité à leurs produits.

Il s’agit aussi de définir les modalités opérationnelles pour renforcer les capacités institutionnelles et le potentiel humain de la recherche mis au service de la valorisation des produits agricoles par les signes de qualité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

karim 30/06/2013 21:27


il est temps que le consommateur se mette à consommer algérien, et qu'il donne de l'importance à la production locale, qui a besoin d'être valorisée, sinon on court à la catastrophe ! Combien y
songent ? Il faut se préparer au déclin du pétrole.