Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecologique Nouara

Publié le jeudi 30 mai 2013 à 08H06 -

 

 

 

La justice châlonnaise a déclaré Jean-Marc Chauveau coupable.

 

 

CHALONS-EN-CHAMPAGNE (Tribunal correctionnel). À la tête du haras, Jean-Marc Chauveau avait faussé, en 2011, les analyses sanguines de pur-sang porteurs de la piroplasmose pour les exporter vers l'Algérie.Il vient d'être condamné à trois mois de prison avec sursis et 3 000 euros d'amende.

 

En quarante ans de carrière dans le monde du cheval, Jean-Marc Chauveau a probablement fait là son plus audacieux pari : fausser les analyses sanguines de pur-sang atteints de la piroplasmose pour les exporter vers l'Algérie. Mais, à ce jeu-là, force est de constater qu'on peut y perdre aussi des plumes.

 

À la tête, depuis 1977, du haras de Quercize à Argers, près de Sainte-Ménéhould, ce négociant de 60 ans a, en effet, été reconnu coupable, hier, par le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne, d'escroquerie, d'exportation non déclarée de marchandise prohibée, d'exportation d'animaux vivants non conformes aux conditions sanitaires ainsi que de corruption active.

 

L'affaire avait été renvoyée lors d'une première audience en date du 23 janvier dernier (l'union du 25 janvier). Résultat : trois mois de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et une publication de sa condamnation dans la presse régionale et la presse des entreprises. Une publicité dont le haras de Quercize, en difficulté économique depuis deux ans, se serait bien passé.

 

Il n'en demeure pas moins que les faits dont Jean-Marc Chauveau a été reconnu coupable, commis en janvier 2011, n'avaient pas manqué, à l'époque, de provoquer un sérieux retentissement dans la profession mais aussi en plus haut lieu. La vente de chevaux contaminés à un investisseur privé algérien avait fini par contraindre l'Algérie à interdire, au mois de mars de la même année, toute importation équine en provenance de la France.

 

D'âpres négociations avaient alors été nécessaires pour que ses frontières s'ouvrent de nouveau progressivement aux chevaux français. Un certain discrédit avait également touché les instances vétérinaires et sanitaires de la Marne, mais aussi du Maine-et-Loire, qui avaient validé les analyses faussées par le négociant.

 

« J'ai seulement dit : ''C'est comme au poker, il faut payer pour voir.'' »

 

Les relations entre Jean-Marc Chauveau et l'État algérien avaient pourtant débuté sous de meilleurs auspices. En 1989, le Marnais avait vendu à ce client privilégié pas moins de 90 chevaux. Alors, quand un client algérien lui a commandé dix galopeurs et trotteurs, rien n'a paru s'opposer à ce qu'il continue à exporter vers cette destination. Un marché juteux, à 12 000 euros pièce.

 

Les chevaux ont été achetés par le négociant dans des haras normands ou encore à Chantilly. Mais plusieurs étaient porteurs du virus de la piroplasmose, dont la contamination aiguë entraîne, notamment, une perte de performance et, parfois, la mort. Un virus particulièrement surveillé en Algérie, où les réglementations vétérinaires le concernant sont drastiques, en raison du climat chaud propice aux moustiques et autres tiques, par lesquels il se transmet à l'animal.

 

Aussi, pour respecter les contraintes réglementaires, le négociant n'a pas hésité à fausser les analyses sanguines des chevaux contaminés en leur administrant un traitement médicamenteux, le Carbésia, dont les effets ont été de neutraliser le virus pendant un certain temps. Les directions sanitaires et vétérinaires de la Marne mais aussi du Maine-et-Loire, d'où sont partis deux des dix chevaux, ont ensuite validé les certificats nécessaires à l'exportation, sur la base des documents fournis par Jean-Marc Chauveau.

 

Le subterfuge aurait peut-être pu passer inaperçu si des ratures sur le passeport des chevaux n'avaient pas suscité les soupçons des services vétérinaires algériens après le décès suspect de plusieurs chevaux. Des contre-analyses seront diligentées à Maisons-Alfort. Jean-Marc Chauveau aurait alors attendu le livreur aux portes du laboratoire pour lui proposer 1 000 euros en échange du colis contenant les échantillons de sang en provenance de l'Algérie. Ce que le négociant à catégoriquement nié à la barre. « Je reconnais avoir administré du Carbésia mais ce chauffeur fabule, a-t-il déclaré. J'ai seulement dit : ''C'est comme au poker, il faut payer pour voir.''. »

 

Le livreur a refusé. Jean-Marc Chauveau, lui, a perdu sa mise. La facture des chevaux ne lui a jamais été réglée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article