Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

 
Contrairement à ce que l’on croit, l’Algérie n’est pas à l’abri des OGM (Organismes génétiquement modifiés) et nous pouvons les retrouver dans nos assiettes, sans même le savoir.

 

samedi 9 avril 2005.

A titre d’exemple, plus de 80% du soja et 40% du maïs cultivé aux Etats-Unis et dont une bonne partie est destinée à l’importation est génétiquement modifié. Le risque provient donc du fait que l’Algérie est un pays importateur de denrées alimentaires sous forme de grains de céréales, de légumineuses, d’oléagineux ou en produits finis (sucre, alimentation de bétail, produits alimentaires). Un risque d’autant plus grand depuis l’ouverture du marché et l’importance des importations de matières premières ou produits dérivés d’OGM, surtout que notre pays ne dispose pas de laboratoire de contrôle et de test des OGM. 

Ce sujet qui continue de faire couler beaucoup d’encre, (certains assimilent même les OGM au clonage humain), a été au centre des débats mercredi dernier à l’hôtel El Djazaïr. Cette rencontre a été organisée par le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement (MATE), en collaboration avec le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement) en vue de discuter de la mise en place d’un cadre national de bio-sécurité. Celui-ci comprend une combinaison d’organisation administrative, de textes réglementaires et d’instruments techniques. Ce qui, selon les initiateurs du projet, permettra de doter l’Algérie « de moyens nécessaires d’expertise, incluant réglementation et surveillance, pour l’utilisation sans danger des OGM dans l’agriculture et l’alimentation [...] ». La première étape de réalisation de ce projet a été entamée avec la mise en place du comité national de bio-sécurité (CNC) qui a pour tâche de conseiller et de guider les préparatifs nécessaires à la réalisation du cadre national de bio-sécurité. Bien que l’Algérie n’ait pas de stratégie spécifique en matière de bio-sécurité, elle a cependant ratifié le protocole de Carthagène sur la bio-sécurité, indique Meriem Louanchi, docteur d’Etat en agronomie et consultante auprès du MATE. L’objectif de ce protocole est « de contribuer à assurer un degré adéquat de protection pour le transfert, la manipulation et l’utilisation sans danger des organismes vivants modifiés qui peuvent avoir des effets défavorables sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique et comporter également des risques pour la santé humaine, en mettant plus précisément l’accent sur les mouvements transfrontaliers ».

Il faut rappeler toutefois que ni les Etats-Unis ni le Canada n’ont ratifié ce protocole. Dans notre pays, un vide juridique est encore ressenti. La seule loi en vigueur en la matière, qui date du 24 décembre 2000, se limite uniquement au végétal, ne faisant pas référence aux produits de consommation. Il s’agit d’un décret ministériel interdisant l’importation, la production, la distribution, la commercialisation et l’utilisation du matériel génétiquement modifié. Quant à l’avant-projet de loi sur les OGM, il a été reporté aux calendes grecques.

En attendant, les spécialistes regroupés lors de cette rencontre n’ont pas écarté le risque que ces OGM se retrouvent dans nos assiettes. « Il est possible de retrouver de la lécithine de Soja génétiquement modifié dans des biscuits commercialisés, sans que l’on sache. C’est le cas aussi des surgelés, des huiles de cuisine, des céréales, des tomates, des pommes de terre [...] », affirme Meriem Louanchi. Dans tout cet amalgame, avec toutes ces interrogations et ces indécisions juridiques, le consommateur peut-il faire confiance à ce qui est mis en vente sur le marché ? vraisemblablement, non. De plus, les risques pour l’environnement et le consommateur sont bien là et les conséquences peuvent se révéler dramatiques à l’avenir.

Par Amel Bouakba, latribune-online.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article