Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Environnement
mercredi 19 juin 2002



Le président algérien Abdelaziz Bouteflika demande à la communauté internationale d’aider son pays à lutter contre la pollution. Les grandes villes algériennes sont arrivées à saturation. L’Algérie veut combler son retard dans le domaine de l’environnement.
  

" Le fardeau financier en matière de préservation de l’environnement ne doit pas être supporté par l’Etat seul ", a averti le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, lors de la conférence internationale sur l’environnement et le développement durable qui se tient à Alger depuis lundi. Il demande à la communauté internationale d’aider l’Algérie à lutter contre la pollution et propose de mettre à contribution les pollueurs.

Les autorités sanitaires tirent la sonnette d’alarme : l’Algérie compte plus de 700 000 asthmatiques, dus essentiellement à la qualité de l’air. " Avec la politique de l’industrie industrialisante, tous les gouvernements qui sont succédés à la tête du pays ont privilégié la création des grandes entreprises, quelquefois implantées au coeur même des grandes villes, au détriment de la santé et de la rationalité économique. Il fallait créer de l’emploi à grande échelle et la notion de l’environnement ou de l’écologie étaient inexistantes ", note Hamid Aberkane, géographe, présent à la conférence.

Réinventer l’écologie

Monstruosité industrielle. Alger est ceinturée par une industrie fortement polluante avec une cimenterie à l’ouest, une décharge à ciel ouvert à l’est et une usine de matières grasses dans le coeur même de la capitale, à Belcourt. Sans compter les transports. " Il faut repenser la capitale, réinventer Alger. Il est urgent de sortir des usines d’Alger intra-muros, relancer sérieusement le métro pour désengorger les rues et de dépolluer le port. Cela demande beaucoup d’argent mais c’est vital. Cela fait longtemps qu’Alger la Blanche est devenue grise ", tranche Mourad Saber, urbaniste.

Premiers pas. Le nouveau gouvernement algérien a décidé de faire appel à des experts internationaux pour élaborer sa politique écologique. Des contrats sur la formation des cadres spécialisés dans l’environnement et sur le traitement des déchets industriels ont été signés avec l’Italie. Pour parer à l’urgence.



source:


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :