Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Biodiversité et diversité des écosystèmes Algériens" par Morsli Abdelkader

 

 

 

Morsli Abdelkader

Enseignant INA (Alger)

M.A.B Algérie

 

 

 

 

L’Algérie se caractérise par une grande diversité physionomique constituée des éléments naturels suivants : une zone littorale (véritable façade maritime) sur plus de 1200 Km, une zone côtière riche en plaines, des zones montagneuses de l'Atlas Tellien, des hautes plaines steppiques, des montagnes de l'Atlas saharien, de grandes formations sableuses (dunes et ergs), de grands plateaux sahariens, des massifs montagneux au cœur du Sahara central (Ahaggar et Tassili N’Ajjer).

 

 

plateaux sahariens

 

 

 

 

A ces ensembles géographiques naturels correspondent des divisions biogéographiques bien délimitées, des bioclimats variés (de l'humide au désertique) et une abondante végétation méditerranéenne et saharienne qui se distribue du Nord au Sud selon les étages bioclimatiques.

Aride

Hum

S. Aride

Saharien

S/Hum

 

 

 

 

La diversité floristique et faunistique

La flore algérienne compte

3.139 espèces naturelles

5.128 espèces exotiques introduites.

 

La rareté et l’endémisme

1286 espèces (40,53%) de la flore algérienne est rare à très rare. Ce qui

témoigne de l’urgence des actions de conservation.

 

226 espèces sont menacées d’extinction bénéficient d’une protection légale (décret n° 93–285 du 23 novembre 1993).

On compte plus de 70 espèces d’arbres dont certains sont endémiques et locales comme le cyprès du Tassili, le sapin de Numidie et le Pin noir.

 

 

 

 

Le taux d’endémisme en Algérie est de 12.6 %. Parmi les espèces endémiques

 

De part sa situation géographique, l'Algérie chevauche entre deux empires

floraux: l'Holarctis et le Paleotropis. Cette position lui confère une flore très

diversifiée par des espèces appartenant à différents éléments géographiques.

37 espèces endémiques Algéro-marocaines

72 espèces, 08 sous-espèces et 03 variétés endémiques Algéro-tunisiennes

17 espèces 02 sous-espèces et 01 variété Endémiques Algéro-libyennes

 

 

 

 

La diversité des écosystèmes et facteurs de dégradation

Érosion naturelle, constructions (urbanisation), surpâturage, chasse et braconnage, ouverture de voies de communications.

 

Une certaine stabilité

 

Zones de montagnes

 

Assèchement, drainage, pompage abusif, surpâturage, pollutions, chasse, braconnage.

 

Diminution

 

Zones humides

 

Facteurs physiques (sécheresse extrême, durée d’insolation importante, vents violents et desséchants, érosion éolienne et hydrique, phénomène de salinisation), facteurs anthropiques (surpâturage, mise en valeur de périmètres agricoles, destruction et/ou surexploitation de ressources biologiques, pollutions dans les oasis, chasse et braconnage.

 

Diminution

 

Zones sahariennes

 

Facteurs physiques (sécheresse, érosion éolienne et hydrique, phénomène de salinisation), facteurs anthropiques (démographie humaine, surpâturage, extension des superficies cultivées, destruction de la végétation ligneuse, chasse et braconnage.

 

Diminution

 

Zones steppiques

 

Incendies d’été, défrichements, absence d’une gestion sylvicole, problèmes phytosanitaires (maladies et parasites), surpâturage ,érosion, chasse et braconnage, déforestation.

 

Diminution

 

Forêts

 

Pollutions diverses (rejets industriels et urbains), constructions (urbanisation) pêche excessive, tourisme anarchique, dégradations diverses (enlèvements abusifs de sable), destructions de dunes

 

Diminution (des stocks de poissons)

 

Littoral

 

Essentiellement par les Pollutions (chimique, organique, bactériologique, déchets solides), certaines méthode de pêche.

 

???

Marin

 

Principaux facteurs de dégradation

 

Tendance générale en terme de Biodiversité

 

Écosystème

 

 

 

 

Guelmim du Rond Point (Parc National Theniet el Had)

Photo L’atlas des Parcs nationaux

Parc National de Gouraya (MAB)

Parc National d’el Kala (MAB)

Parc National de Chrea (MAB)

 

 

 

 

État actuel de la forêt algérienne

Durant l’occupation française, ce sont plus de 1.000.000 d’hectares qui seront détruit. A l’indépendance de l’Algérie, il ne subsistait que 3.200.000 ha de forêts.

La superficie forestière actuelle est estimée entre 3,2 millions d’hectares et 4 millions d’hectares selon les sources. Seuls 1,3 millions représentent la vraie forêt naturelle, le reste étant constitué par des formes de dégradation – maquis et garrigues – des reboisements

 

 

Déficit forestier : 3.68 millions d’ha

Destruction des réserves forestières : 45 000 à 50 000 ha/an

Superficies incendiées : 1870-1995 : 920 947 ha

Perte de sol par érosion : 40 000ha /an

 

 

 

 

Quelles sont les menaces

Cette diversité biologique est aujourd’hui sérieusement menacée par :

La perte ou la modification des habitats

Surexploitation

Pollution

L’introduction d’espèces étrangères dans un milieu naturel.

Les incendies constituent actuellement l’une des causes les plus importantes de la destruction de la forêt Algérienne. On est passé d’une perte de 8000 à 25.000hectares par an. (prés de 3O OOO ha en 02 jours en 2007)

 

Les 75% de forêts disparue ont entraîné une érosion génétique spécifique voisine de 30%. La perte est de prés de 1300 espèces végétales.

 

 

 

 

Désertification

 

La désertification est le résultat des effets conjugués des modifications climatiques et des activités humaines.

Durant les dernières années, la désertification a été aggravée par une succession d’années sèches qui ont fortement altéré la régénération de la végétation sur les terres de parcours.

 

Érosion génétique

 

Une bonne partie de nos ressources génétiques est menacée d’extinction à

terme comme c’est le cas pour le Cyprès du Tassili, le sapin de Numidie, le

pin noir du Djurdjura et certains acacias sahariens.

 

 

 

 

T.S

N.S

S

M.S

 

 

 

 

Les menaces à l’échelle régional

(Pays du Maghreb)

 

 

 

 

L’Algérie comme tout les autres pays du Maghreb (Maroc, Tunisie, Mauritanie et la Libye) est sensible aux changements climatiques.

La sécheresse persistante de ces vingt dernières années (1987 – 2007) a favorisé le déséquilibre des écosystèmes sensibles. Citons quelques exemples

Cèdre de l’Atlas :

sp forestière, spécifiquement méditerranéenne et spontanée en Algérie et au MAROC.

Superficies : Algérie (33000 ha) Maroc (120 000 ha)

Principale menace : le dépérissement de la céderais lié au changement climatique et l’effet de sécheresse (pas de preuves formelles que ces phénomènes soient déterminants)

 

D’où une coopération régional si l’on ne veut pas voir disparaître totalement une essence endémique, qui est non seulement un arbre symbolique, un bastion à l’avancée du désert, mais également une source extrêmement précieuse de produit ligneux de très haute qualité

 

 

 

 

Chêne liège :

En Algérie :

du phénomène de dépérissement qui a sévi jusqu’aux années 90, a engendré une réduction de la superficie des subéraies dont près de la moitié s’est transformée en maquis. Actuellement, la majorité des subéraies se trouvent dans un état déplorable et une grande partie est vouée encore à disparaître.

Au Maroc :

La situation sanitaire qui règne depuis longtemps a aboutit à une régression alarmante de la superficie des subéraies. A titre d’exemple, plusieurs chercheurs signalent que la forêt de Mamora (la plus vaste subéraie dans le monde avec 133 000 ha à l’origine) a déjà perdu au fil des années plus de la moitié de sa surface.

En Tunisie :

Les subéraies tunisiennes ont connu au fil du temps une régression alarmante de leur superficie. Couvrant à l’origine environ 140 000 ha selon l’inventaire de 1922, ces peuplements ne comptent plus actuellement que le tiers de cette surface, soit 45 000 ha

 

 

 

 

Principales menaces :

les facteurs physiques (sols superficiels riches en cailloux, sécheresse prolongée)

 

les facteurs sylvicoles (vieillissement assez prononcé, manque de sylviculture).

 

les incendies fréquents.

 

les facteurs biotiques représentés par les insectes tels que les défoliateurs et xylophages.

 

Les facteurs humains

 

 

 

 

Les espèces endémiques et rares :

Plusieurs espèces endémiques et rares sont très menacées dans leurs milieux naturels tels que : le Cyprès du tassili (Algérie), le cyprès de l’Atlas (Maroc), le sapin de Numidie (Algérie), le sapin marocain (Maroc), le Pin noir variété mauritanica (Algérie et le Maroc), le Pistachier de l’Atlas (Algérie, Maroc et la Tunisie)

D’où la nécessité de dégager des groupes de travail (coopération régional) sur la vulnérabilité des écosystèmes et des espèces face au changement climatique.

Échange d’expérience et des résultats de recherche entre chercheurs et institution universitaire.

Financement des projets de recherche (Maghrébin) d’intérêt commun

 

 

 

 

Merci

Retour à l'accueil

Partager cette page

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog