Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

L’Algérie profonde (Liberté Jeudi 13 Août 2009)

BÉCHAR
L’arganier a-t-il un avenir ?
Par : R. R.



En effet, la culture de l’arganier a connu un net recul, ces dernières années, en raison des conditions climatiques et de l’arrachage illicite.


L’arganier, qui pourrait représenter une source de revenus pour les habitants du sud-ouest du pays, et qui joue un rôle irremplaçable dans l’équilibre écologique, voire économique, est menacé d’extinction par les aléas naturels et les actes de prédation.
Le programme initié par les services des forêts de la wilaya de Tindouf consiste en la mise en terre de plants de cette espèce arboricole, sur une superficie de 20 ha, en la réalisation d’un forage hydraulique et plusieurs bassins de retenue d’eau dans la région de oued El Ma, qui compte une superficie arganière de 300 ha, avec une densité de 10 à 20 arbres/ha. Même si ce secteur accorde une grande importance à la préservation de cette espèce végétale rare, endémique, au sud-ouest du pays, cela reste insuffisant.
En effet, la culture de l’arganier a connu un net recul, ces dernières années, en raison des conditions climatiques et de l’arrachage illicite. La présence de l’arganier à Tindouf et Mostaganem pourrait pousser les habitants de ces localités à extraire son huile qui est l’une des plus chères au monde. L’arganier appartient à une famille tropicale (sapotacées) et est représentée par une espèce ligneuse du genre argania. L’argania spinosa est un arbre forestier en buisson épineux ne dépassant pas les 10 mètres de hauteur, à tronc court, tourmenté et puissant, d’une couronne très dense et ronde. Les symbioses mycorhiziennes ont une action stimulante sur l’amélioration de la multiplication minérale et la croissance de l’arganier juvénile. Ce dernier porte des endomycorhizes à arbuscules, au moment de la transplantation. Ces champignons peuvent éviter le stress hydrique et augmentent la chance de survie des plantules. Le fruit de cet arbre contient une noix dure dans laquelle se trouvent 2 à 3 graines qu’on appelle les amandous. Elles contiennent une huile comestible très appréciée, ressemblant à l’huile d’olive.
Dans son milieu naturel, les chèvres et les chameaux mangent les fruits et dispersent les noix dures avec leurs excréments. Ses noix sont alors récoltées et pressées pour obtenir une huile qui peut coûter jusqu’à 10 fois plus chère que l’huile d’olive. Très riche en acides gras essentiels et en vitamine E, l’huile d’argan est réputé pour ses propriétés hydratantes, revitalisantes et antirides. Elle est aussi idéale pour lutter contre le dessèchement de la peau. Elle adoucit l’épiderme et prévient le vieillissement cutané dû aux conditions climatiques extrêmes (soleil, vent, froid). Elle est également parfaite pour régénérer et nourrir les cheveux secs et fortifier les ongles. Par ailleurs, la population berbère offrait l’huile d’argan, accompagné de miel en signe d’hospitalité aux invités.

Source: http://iflisen2008.over-blog.com/40-categorie-10635671.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :