Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Le cratère de Tzioua commence à inquiéter"

Voici un article paru sur le quotidien liberté du 01/10/2002 concernant les volcans de Ain Témouchent.

L’inquiétant réveil des “Trois Marabouts”

Par :B. Ghrissi

Le cratère de Tzioua commence à inquiéter


A peine pénètre-t-on dans la sphère du volcan des Trois-Marabouts, qu’un relent âcre vous prend les narines. On dirait un peu le parfum des pots d’échappement auquel s’ajouterait un zeste de soufre, une lame de chlore. Pourtant, on ne voit aucune fumée, le ciel est même dégagé.

“Les gens qui visitent pour la première fois le volcan d’Aïn Témouchent sont toujours un peu surpris. Mais nous, nous ne sentons plus rien”, affirme un monsieur sans âge aux yeux légèrement rougis. En revanche, lorsque le volcan “exalte” ses émanations sulfureuses, il faut vite rentrer à la maison, fermer les volets, cacher les gosses. Il libère ses gaz plusieurs fois par jour, le plus souvent la nuit. Les gens suffoquent. La mort biologique des petits potagers est depuis quelque temps consommée.

Des terres fertiles aux alentours commencent à se rétrécir comme une peau de chagrin. “D’ici à quelques années, la température du volcan va s’élever considérablement, le régime des pluies va se modifier : on aura des problèmes d’eau et une accentuation des émanations de soufre”, préviennent des spécialistes en géologie. Mais que faire ? “Installer au plus vite un système de mesure et d’alerte en cas de surcondensation des émanations sulfureuses, puis sensibiliser les pouvoirs publics et la population”, précisent-ils.

“L’événement le plus dramatique du XXIe siècle en Algérie, ce sera le lent réveil du volcan d’Aïn Témouchent et la disparition, comme une première étape, de l’agriculture comme activité pilote.” “Nous sommes une autre humanité. Cette humanité n’a pas encore conscience du monde qui l’entoure. Il faut impérativement faire naître cette conscience, enseigner que le laxisme peut coûter très cher”, précise un géologue-chercheur de l’université d’Es-Senia (Oran).

Situé à 5 km à vol d’oiseau du village des Trois-Marabouts et à 9 km d’Aïn Témouchent, le cratère de Tzioua compose essentiellement le volcan de Aïn Témouchent. Le nom de Tzioua est celui de la montagne formée par le cône de débris du sommet qui domine la bordure nord de la dépression circulaire de Dayat Lemsir.



Photo satellite (Google Earth) du volcan du djebel Tzioua, situé à 9 km à l'ouest de Ain Témouchent

Les dimensions de ce cône de débris sont significatives ; l’ouverture du cratère n’a pas moins de 60 mètres de diamètre. Un spécialiste de géologie des carrières nous fait part de ses appréhensions : “Malgré son état de conservation et de “sommeil”, l’ouverture du volcan de Aïn Témouchent a certainement grandi d’où les émanations sulfureuses.” Et d’ajouter : “La nature, généralement tufacée et scoriacée des débris volcaniques qui le composent, indiquent qu’il a dû subir des dénudations faciles sous l’action des pluies.” Volubile, un spécialiste de volcans que nous avons rencontré sur le site même est formel : “En 1896, il a été noté d’importantes coulées de laves émanées du volcan d’Aïn Témouchent. Celle-ci s‘était échappée de la base du cône de Tzioua pour se diriger vers la mer. Les géologues de l’époque ont pu la suivre (la lave) sur une étendue de plus de 3 km. Mais au-delà, elle semble avoir disparu sous l’influence d’érosions importantes, probablement contemporaines du changement de la vallée de l‘ouest Aïn Kihal qui prend, à partir de là jusqu’à son embouchure, le nom de Oued El Hallouf.”

Cependant, il est important de souligner l’étroite “parenté” qui existe entre les laves d’Aïn Témouchent et celles du Vésuve. Ces dernières sont en effet, caractérisées par le rôle que joue, dans leur composition, “un minéral appelé leucite et qui apparaît souvent à l’œil nu, sous sa forme de cristaux à contours plus ou moins arrondis”, nous explique-t-on. La nature du soufre donne donc au volcan d’Aïn Témouchent et de ses environs un intérêt tout particulier. Les volcans leucitiques, en effet, sans être d’une extrême rareté, ne sont pas très répandus. ”Quoi qu’il en soit, leur composition minéralogique les rapproche de laves du Vésuve, ce qui implique une composition dans la consolidation d’une éventuelle formation de magma”, nous apprend-on d’autre part. Notre accompagnateur explique : ”Etes-vous allé dans une serre ? Il y fait une chaleur étouffante. Le rayonnement solaire qui y pénètre provoque un réchauffement du sol, lequel dégage des infrarouges.

Dans le volcan de Aïn Témouchent le soufre agit exactement comme le verre des serres, il fait monter la température du volcan, avec des résultats encore incertains, dont la perturbation du climat environnant du plateau volcanique de Aïn Témouchent et la fonte exagérée des calottes leucitiques entraînant une montée du soufre au niveau du cratère, qui engloutirait des superficies importantes aujourd’hui émergées…
“Il ne se passera peut-être pas grand-chose, car nous pouvons nous tromper sur l’origine des émanations sulfureuses. Mais à mon avis ce sera plutôt inquiétant”, confiait notre accompagnateur.

Selon l’hypothèse formulée par un géophysicien, les émanations de soufre, sous l’effet des frottements avec les gaz du cratère s’émietteront, s’échaufferont à des milliers de degrés et exploseront plus ou mois violemment. Vérifier cet enchaînement sera déjà une occasion propice pour les chercheurs qui voudront savoir si les émanations sulfureuses forment des nuages, des anneaux… Car les quantités de soufre relâchées du volcan de Aïn Témouchent prennent des proportions impressionnantes : en un siècle de 1898 à 1994, la concentration de ces émanations a considérablement augmenté, alors que durant le millénaire précédent, elle n’avait augmenté que d’à peine 10 ppmv (parts par million en volume). “Une armada d’instruments doit être rassemblée pour traquer les contrecoups du phénomène des émanations sulfureuses. Des engins d’observation puissants doivent être mobilisés, à l’instar de ceux du Vésuve et de l’Etna, et pourquoi pas prendre attache avec le Pure” (1), préconisent les géologues.

En outre, la communauté scientifique nationale n’est pas unanime sur la définition des critères et les indicateurs de “gestion” du volcan de Aïn Témouchent et les moyens de contrôle et de surveillance de ses émanations. Tout cela passionne les géologues, ils n’oublient pas une seconde que l’histoire des volcans est truffée d’”incidents”. Emanations de soufre ou leucites les “chauffeurs” volcan d’Aïn Témouchent sont nombreux, “même si l’on en voit moins, aujourd’hui que dans le jeune âge du système terrien, il y a trois ou quatre milliards d’années”, nous précise-t-on. “Regardez le cratère du volcan d’Aïn Témouchent, il n’est qu’à contempler son “visage”. Faute d’érosion par les pluies et les vents, il conserve tous les stigmates de ses mauvaises concentrations sulfureuses à travers les âges. De quoi convaincre que les collisions souterraines, dans ce coin du pays, sont monnaie courante.”

Par son climat, par la composition de son sol, le plateau volcanique d’Aïn Témouchent est comparable à la campagne napolitaine si justement appréciée des agriculteurs italiens mais où se trouvent réunis sur une étendue de quelques kilomètres seulement des volcans similaires du Vésuve et de l’Etna qui, eux, sont séparés par plus de 200 km... Mais pour le moment, le projet d’un dispositif de surveillance de ces émanations sulfureuses paraît hors de portée politique, et probablement technique. Jusqu’à quand ?


(1) La stragégie du “Pure”

Parmi la multitude d’interventions financées par la Commission européenne au travers des gouvernements, des communautés locales et d’autres acteurs, citons le programme d’utilisation rationnelle des écosystèmes (Pure) qui concrétise l’engagement de l’Union européenne.

Dans des pays faisant partie de l’Organisation de la Francophonie, le Pure collabore sur le terrain avec des ONG, des universités et de nombreux instituts de recherche européens et africains pour développer une dynamique durable.

De cette stratégie, il résulte un développement de connaissances et de techniques appliquées en matière d’études géologiques et volcaniques.
Réponse avec citation
  #2  
Vieux 24/08/2009, 16h43
Avatar de charafgeo
Administrator
 
Date d'inscription: octobre 2008
Localisation: Alger
Messages: 1 460
Envoyer un message via MSN à charafgeo
Par défaut

Un plateau dangereux

Par :B. Ghrissi

Situé entre le massif de Turgot et celui de Tessala, le plateau volcanique de Aïn Témouchent apparaît, vu au loin, de Ben Ganah par exemple, d’une uniformité parfaite.

En réalité, cette surface est accidentée et entrecoupée de mamelons, de collines et de ravins profonds comme ceux des oueds Senane et Souf Tell. L’altitude varie de 250 à 400 m sur une superficie d’environ 325 km2, entre Aïn Kihal, du nord au sud, et l’oued Souf Tell, d’est à ouest.

Les mouvements orogéniques qui ont accompagné l’effondrement de l’antique Siga du Sahel d’Oran et des basses plaines occidentales ont entraîné une série de fractures, avec épanchements volcaniques, tel le plateau volcanique de Aïn Témouchent, composé principalement de basaltes leucitiques.

En 1948, le géologue français Gentil a cru y reconnaître une série de cratères. Des dépressions circulaires plus ou moins régulières étaient en fait occupées temporairement, avant leur mise en culture, par les dayas (lacs) contenant de l’eau qu’en saison pluvieuse, telles les dayas de Ben Ganah, Lemsir (djebel Tzioua) et des trois-marabouts.

L’éruption volcanique de 241 (J.-C.) a sans doute presque entièrement décapé les cônes primitifs, formés de tuf leucitique, cendres, lapilli et nodules d’olivine, altérés en argile grisâtre, nous explique L. Ahmed, ingénieur d’État en géologie. Robert Tinthoin, géographe français, avait noté en 1949 que des coulées ont ébréché les parois souvent d’un seul côté, mais se sont répandues à une grande distance. Ainsi, celle du volcan des Trois-Marabouts a donné le plateau de Bled Kerkour, sur lequel est bâtie la ville de Aïn Témouchent.

Leur épaisseur varie de 50 à 100 m. Fait notable, les émanations sulfureuses doivent leur origine à une déficience locale du drainage, imposé par la configuration de ces cuvettes volcaniques.
Retour à l'accueil

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog