"La steppe est dans un état de dégradation avancé " par Dalila B.


 

Le phénomène de la désertification a pris des allures alarmantes dans les régions steppiques du pays, particulièrement dans la wilaya de Naâma, selon une récente étude de la direction  locale de l’environnement. Celle-ci souligne en effet,  dans un rapport, que « la steppe est dans un état de dégradation  avancé« . Selon le même document, les composantes de la steppe dans la wilaya de Naâma se sont dégradées durant cette dernière décennie, marquée par  des périodes de sécheresse qui ont accéléré la régression du couvert végétal,  l’amplification des facteurs d’érosion et de désertification. 
Ainsi, les terres pastorales sont menacées par la désertification. Cette dernière a été accentuée par la  perte de grandes superficies de thym et d’alfa, plantes endémiques de la steppe  des Hauts-Plateaux algériens, note l’étude de la direction de l’environnement.  Les sols sont devenus pauvres en matières organiques, selon les statistiques, qui précisent que 3 millions d’hectares de la superficie  de la wilaya de Naâma, soit plus de 74%, sont menacés par le spectre  de la désertification, alors que 5% de la superficie globale (150 000  ha) sont en voie de se transformer en ‘’sahara » du fait de l’avancée de dunes  de sable qui ont envahi plus de 16.615 ha de steppe. Les facteurs climatiques de ces dernières années, caractérisées par de longues  périodes de sécheresse, ont été à l’origine de la dégradation du couvert végétal  (alfa, thym, pistachier atlasien, etc), et de grandes superficies ont été recouvertes  d’épineux, des plantes à faible qualité fourragère, estime-t-on.  S’agissant de la productivité du sol, les mêmes spécialistes en environnement  estiment que la dégradation des superficies pastorales des années 1980 à ce  jour démontre une différence des indices de la valeur productive des pâturages.  En effet, les superficies végétales représentent 40% de la superficie  pastorale globale, alors que 3 à 4% de cette superficie ont été envahis par les zones de pacage, d’où la régression de la superficie végétale à 20% alors que le taux d’occupation du cheptel a atteint 12 têtes à l’hectare.  La productivité des pâturages a régressé également, surtout celle des plantations  alfatières de 100 unités à 30 avec la disparition de plus de 415 000 ha de cet  espèce végétale endémique et particulière à cette région. D’autre part, le taux d’envahissement des dunes dépasse  actuellement 20%, avec une nette baisse des plantes fourragères destinées  à l’alimentation du bétail qui est passée de 190 dans les années 1980 à 26 à  l’hectare en 2003, particulièrement à Mecheria, Aïn-Benkhellil et Touadjer. Par ailleurs, la désertification se caractérise par des indices naturels et humains  car il est difficile de contrôler les interventions de l’homme du fait des vastes  superficies.
Entre autres indices naturels relevés par l’étude de la direction de l’environnement  de la wilaya de Naâma, figurent les dunes de sable, la dégradation des terres  agricoles, la déforestation, la réduction des eaux superficielles et souterraines,  la salinité et la baisse de la fertilité du sol, l’érosion hydrique et atmosphérique,  en plus des sédimentations dans les oueds, barrages et les fortes tempêtes.  Les facteurs du climat, du sol et du couvert végétal ainsi que la présence  humaine ont favorisé l’aggravation du phénomène de désertification dans la wilaya  de Naâma dont 74% de la superficie globale soit 21.840 km2 est steppique  et caractérisée par l’activité pastorale.
Le climat régnant sur la région se subdivise durant l’année en deux saisons,  l’une froide et humide allant du mois de novembre à avril ; la seconde saison  chaude s’étale de mai à octobre avec des précipitations très faibles.  La situation écologique actuelle de la wilaya de Naâma nécessite, selon les  spécialistes, la promotion d’un programme homogène de gestion des steppes avec  la participation des populations locales à long et moyen terme.  Les actions urgentes sont, notamment, le reboisement des zones de dégradation  végétale, la réalisation des objectifs de biodiversité (gestionnaires, éleveurs, agriculteurs), l’accroissement des réserves pastorales, la constitution de banques  de données sur les animaux et les plantes en vue  d’une meilleure répartition des ressources hydriques.
Dalila B.

Le portail Nouara

Ecologie , environnement, économie verte, developpement durable, tourisme vert

 Une revue de presse web, des articles éditoriaux , un réseau national d'acteurs de l'environnement, un outil de promotion  et de référencement à la disposition des initiatives écologiques

 

 Apprendre  pour protéger.Innover pour préserver. Evoluer pour durer

Présentation

Recherche

Flux RSS

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés